Gwendal Anglade, Gardien N1

Gardien de but, ce n’est pas du cinéma, et pourtant…

Gwen, 33 ans, a débuté le hockey sur glace dans l’équipe des Anges du Vésinet au poste d’Ailier à l’âge de 10 ans en compagnie de Yann Dupont, Yann Guyot et Stéphane Bigand, également joueurs de N1 à Maisons Laffitte.
Il évoque pour nous ses passions communes qui lient étroitement son métier d’acteur à celui de gardien de but.

Titre : Vice-champion de France Junior « excellence » en 1998.
Gwen : « En 2006, fasciné par l’image des gardiens de but tels des gladiateurs dans une arène, j’ai rejoint l’équipe des Loisirs de Maisons Laffitte au poste de gardien. J’ai immédiatement eu de l’affinité pour ce poste qui demande beaucoup d’observation.
A partir de 2007un remplacement m’a fait jouer en N3 avec notamment Cyril Augé, puis l’année d’après j’ai rejoint l’équipe N1 ».

Depuis 2 ans, tu t’occupes de l’équipe Minimes, que comptes-tu apporter à notre relève ?
Gwen : « Le plus important est d’essayer de leur inculquer l’esprit d’un groupe, leur faire comprendre qu’un équipe se construit avant les matches, dans le vestiaire, dans la victoire ou la défaire, c’est à ces moments, à l’abri des autres, qu’un groupe se forge. Au-delà de l’affectif, j’essaie d’apporter de la technique en appliquant des schémas et des systèmes de jeu. J’ai bien entendu une relation particulière avec le gardien».

Et que t’apporte en retour
cette équipe ?

Gwen : je suis très fier de la confiance accordée par ces jeunes. Ce n’est pas grave de perdre quand je vois qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes.

Quelles sont, d’après toi, les qualités d’un bon goal ?
Gwen« Il faut du mental, de l’anticipation, du sang froid et beaucoup de réflexes.
Il faut de l’abnégation : faire abstraction de l’environnement, savoir vite oublier un but, et ne pas penser au score. Il faut tout de même avoir conscience du match que l’on joue. Le gardien est un individu dans un groupe. ».

Ton meilleur souvenir sportif ?
Gwen : « Ma rencontre avec Yann DUPONT, avec qui je suis devenu ami, mais aussi une année où notre entraîneur Tchèque devait repartir dans son pays avant un match important. Les joueurs se sont tous cotisé pour lui permettre de rester quelques jours en lui payant son billet d’avion… et nous avons gagné cette rencontre ! ».

Les Cadets vont disputer la finale du championnat de France, as-tu des conseils à leur donner ?
Gwen :  « Ils doivent y croire, et se battre jusqu’au bout, mais jouer comme ils le font le mercredi soir, avec la même insouciance et le même plaisir. Ils ne doivent pas être paralysés par l’enjeu, et en tous cas n’avoir aucun regret ».

Les personnes du Club te connaissent comme gardien de but,
peux-tu nous dire ce que tu fais dans la vie ?

Gwen : « Je suis comédien. J’ai commencé le théâtre à l’âge de 5 ans, depuis tout jeune j’ai toujours voulu en faire. J’ai donc intégré le cours SIMON, ainsi que les studios d’Asnières. J’ai commencé à travailler un peu partout, en France comme à l’étranger avec différents metteurs en scène.
J’ai travaillé mon image et ma voix pour diversifier les pistes de mon métier. Rien n’est jamais acquit, il faut savoir se remettre en question en permanence, rechercher le dépassement de soi.
Je prête ma voix pour le doublage des Experts, et je fais partie d’un collectif de comédiens,

Vois-tu un point commun entre le théâtre et le hockey ?
Gwen : « Ils sont multiples, la comédie, comme le sport est avant tout un esprit d’équipe, de l’éclairagiste en passant par le metteur en scène, c’est aussi un rapport avec le costume, et on ressent les mêmes sentiments, le plaisir, et les montées d’adrénaline.
Avant tout, être comédien ou gardien de but nécessitent beaucoup d’observation, d’instinct et d’anticipation. Sur les planches ou dans les filets, on n’a pas le droit à l’erreur, on ne triche pas et on a le sentiment d’être invincible. C’est la conjugaison de ces deux passions qui m’anime.

Le fait d’enfiler un costume pour jouer sur scène ou d’enfiler la panoplie d’un gardien me procurent la même sensation : celle de jouer un personnage derrière lequel j’observe et joue intensément.

Que ce soit dans une salle de sport ou de théâtre, le rapport avec le public est immédiat : on ressent la salle. Dans les deux cas le feedback est immédiat ! »

Que joues-tu en ce moment ?
Gwen : «  Je prépare une pièce : Grigori ou les Vigiles, mis en scène par Lucas Olmedo qui se jouera en juin au Théâtre 13 à Paris.

Propos recueillis par Thierry Migeon et Yves Damin
Photos ©Sabine Bouffelle, Xavier Wallach et Yves Damin

Retrouvez Gwendal Anglade dans ses œuvres sur le net :

http://www.youtube.com/watch?v=Af4bol8KNdw